En route pour Rotorua… *musique angoissante*

Bon, on vous le raconte ce périple ?

Ayant fait le tour de Kawhia en moins d’une journée (oui les hot springs sont cools, mais sincèrement, il n’y a que ça à faire)(enfin bon, l’arrivée et le départ dans la montagne valent le coup d’oeil à eux tous seuls), nous avions décidé de MANGER (le truc un peu capital chez nous). Nous vous déconseillons sincèrement la petite superette au centre de la ville. La vieille mégère qui tenait le magasin ne devait pas tellement aimer les étrangers et a refusé de nous laisser payer par carte… Alors que les gens qui sont passé derrière nous, eux, ont pu. Nous avons gentiment rangé nos produits non-achetés avant de partir…

Bref, elle aura été la première d’une longue série.

27359-enz

Tout s’est corsé quand on a pris la direction d’un premier camping du DOC : arrivés après 20 minutes dans un chemin en gravier, nous nous sommes rendu compte que nous n’avions pas de monnaie pour payer les deux fois $6… La ville la plus proche était à 20km…

La mort dans l’âme, nous avons décidé de partir en indiquant le premier camping apparu dans le GPS… Nous avons roulé pendant des heures et des heures dans un décor à la seigneur des anneaux (bon, on ne peut pas le nier, c’était quand même joli, et puis ça nous a évité une visite à Hobbiton ahah). Pas une ville à l’horizon, pas un supermarché alors que nous avions terriblement envie de saucisses

Sincèrement, on se serai cru dans un autre espace temps. Un endroit où l’on croise une voiture par heure, où les seuls bâtiments sont des dairy farms (=ferme de lait), et où le temps ne passe pas, vous voyez le truc ? Une dimension parallèle. En vrai, nous avons roulé 30 minutes… C’est dire l’ampleur du délire !

Enfin arrivés dans la fameuse ville, nous trouvons le camping… Comment dire ? Caravanes défoncées, sol dégueu avec des pots de peintures renversés par terre, murs des « sanitaires » complètement cassés… Je ne sais pas/plus comment une seule seconde on a eu l’idée de quand même demander le prix pour dormir ici… Mais on y est allés ! Oui messieurs, dames !

Là, une fille nous annonce $60 dollars pour la nuit… Quand on lui dit que c’est bien trop cher, elle nous demande d’attendre et part chercher sa « patronne »… Pendant ce temps, un étrange homme doté d’un turban s’accroche à la vitre de la voiture, LES BRAS DEDANS QUOI, et commence à nous dire d’aller dormir sur le parking de la station essence en face, mais un peu caché et de ne surtout pas le dire à la patronne.

On nage en plein délire.

Un autre truc moche en Nouvelle-Zélande... (il fallait trouver de quoi illustrer cet article, désolés !)

Un autre truc moche en Nouvelle-Zélande… (il fallait trouver de quoi illustrer cet article, désolés !)

La patronne arrive et commence à nous sortir une escalade de prix, commençant à $50 pour deux à $30 par personne pour dormir dans notre voiture. On a décliné, réussi à s’extirper du bourbier et fini au MacDo pour se réconforter et pour essayer d’attraper un réseau wi-fi et trouver un vrai endroit pour dormir (vous rigolez si on vous dit que ce resto n’avait même pas de connexion ?)

Et là, la phase… La dernière, on espère… Tout le monde, sans exception, nous dévisage. Bon, certes, nous sommes en short/t-shirt et il fait froid, tout le monde ici est en pantalon/pull/veste… Mais ce n’est pas que ça. C’est la première fois que l’on arrive dans un endroit où l’on ne se sent pas les bienvenus et où la population n’est clairement pas friendly.

Pour laisser le bénéfice du doute, disons que nous étions fatigués et peut-être un peu plus sensibles…

Mais nous avons vite pris la tangente pour Rotorua même, et nous ne sommes pas restés bien longtemps dans la zone. Tant pis, nous avons passé une nuit à presque $40 mais avec des toilettes propres, des douches chaudes et un endroit éclairé pour nous faire à manger. Ouf !

Est-il nécessaire d’ajouter que nous avons fait toute la route de Tokoroa à Rotorua en réserve, en plein milieu de la nuit ? Parce, OUI, la nuit est tombée entre temps… Et OUI, nous avons failli tomber en panne d’essence…

Après notre montée au Mt Karioi

Après notre montée au Mt Karioi

Mais on peut dire que ça défini notre état après cette journée haute en émotions !

Mais on peut dire que ça défini notre état après cette journée haute en émotions !

Bref, ce soir là, on a bien dormi.
(Dans les odeurs d’oeuf pourri, mais ça, c’est une autre histoire)

Publicités

13 réflexions sur “En route pour Rotorua… *musique angoissante*

  1. Pingback: Rotorua, la ville qui sent le… | Les bazos en goguette…!

  2. Et bien chapeau de vous en êtes sorti ! Oui je confirme pour wikicamp, il est possible de télécharger la version hors ligne qui est bien pratique pour éviter ce genre de trou perdu et hostile 😋

    Aimé par 1 personne

  3. Tres drôle à lire cette moche épopée meme si visiblement ce n était pas très drôle à vivre … Qui a dit que les voyages formaient la jeunesse !!😍😍❤️

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s